Ce qui ne nous tue pas de Carole DECLERCQ

1540-1

Une vie sous l’ occupation, 1944, PARIS, une rencontre entre Maximilian Von Wreden et Marianne.

Un officier du renseignement allemand et une jeune étudiante en philosophie.

Loin d’être indifférence au charme de la demoiselle, l’officier sera abusé

Marianne deviendra la petite résistante bien au delà de celle qu’elle pouvait prétendre.

En ces temps ou la guerre règne, ou le pouvoir détruit des vies , une parenthèse s’écrit

Comme si tout les préserver, dans cette chambre ou le désir et le lien va au delà des parjures et des trahisons.

Une fois de trop, pour une vie en moins…

Un plongeon dans le néant ou ressurgira la délicatesse, l’instant que rien ne peut détruire, des liens unis au delà du temps d’après guerre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s